MARIGAL.NET

CONSCIENCE D’ETRE

Conscience d’être – De quoi s’agit-il ?


… L’expression conscience d’être peut être envisagée sous deux points de vue différents : – soit à partir de l’origine, le centre, la Réalité essentielle, le Tout, l’Un, Cela …, et c’est de la « Conscience d’Être » dont il s’agit, – soit à partir de la périphérie, du multiple, le monde des phénomènes, de la forme, êtres et événements -sphère du relatif, du créé, du moi et de l’autre – et c’est la « conscience d’être » qui sera li lieu de départ de notre regard. Ces deux extrêmes n’étant pas opposés et différents, mais deux aspects d’une même réalité, son origine et sa manifestation.


A l’origine, qu’en est-il ? Conscience se connaissant elle-même Conscience consciente d’ Être Conscience « Conscience d’Être ». A la périphérie, au plan de la forme, du temps, du conditionné, « conscience d’être », de quoi s’agit-il ?


Le moi-ego conscient d’être je-entité . Je suis « je ». Alors de ce point de vue, la « conscience d’être » vue de la périphérie, c’est une entité consciente, consciente d’être une entité consciente. …


Ici, il n’est peut-être pas inutile d’ouvrir une parenthèse sur la compréhension du mot « être » qui, en simplifiant quelque peu, peut être envisagé de deux façons. Par exemple, quand on dit je suis un homme, une femme, je suis grand, petit, couturière, écrivain, etc., cela signifie un état (d’être), une qualité (d’être) que l’on considère plutôt comme un fait accompli qui ne sous-entend pas forcément le sens de changement, de mouvement.


… Même lorsque « être » exprime un état, c’est un état en évolution, en in-formation, donc changeant. « Être » par nature, par essence, n’est jamais statique, ne peut pas être immobile, et si même on le dit immobile, c’est l’ immobile incluant potentiellement le changement. …


Ce qui vient d’être dit concernant « être »en tant que verbe, peut s’appliquer de la même façon au substantif, l’être ou l’Être. Ou bien l’être -ou l’Être – est une entité, une substance inchangeante au sein des choses, des objets, des êtres, de l’univers ou bien, c’est un processus en mouvement, en in-formation, qui se déploie et se reploie sans cesse et simultanément au sein de lui-même. C’est Cela, Cela qui Est, l’Un, le Tout, l’Absolu, le Vide, origine, expression, et fin de toute forme. Et dans ce qui nous occupe, c’est de cela et de cela uniquement dont il s’agit .


(Extrait de l’article paru dans la revue Recto-Verseau)