MARIGAL.NET

Entretien 1

1° Entretien

Le propos de ces entretiens est de vous faire partager la vision et l’exploration de la Réalité de CELA qui EST … La Réalité essentielle qui est en nous et que nous sommes … Réalité qui est aussi l’origine et le déploiement de tout ce qui existe – nous-mêmes, les autres, tous les autres, et tous les univers de tous les possibles.

Lorsque cette Réalité se manifeste, à l’occasion d’un moment de grâce particulier, ou à l’occasion d’une expérience d’éveil, nous prenons conscience spontanément que « Nous ne sommes pas séparés, isolés … Il n’y a pas moi – et les autres – et le monde … Les autres, le monde, moi, l’univers et ses myriades de formes et d’évènements, sommes les membres d’un même corps, les gestes d’une même Réalité… Nous évoluons dans un même mouvement – expression de l’essence ultime qui se déploie et se reploie sans cesse et à l’infini ».

Pour retrouver ces ‘moments’ de perfection qui sont venus, puis disparus – ou pour traverser les limites de nos conditionnements qui font obstacle à leur manifestation, il y a sans doute différents chemins qui peuvent nous y conduire, mais il y en a un, simple et efficace, qui s’est révélé dès les premiers moments d’éveil, c’est l’ Attention Perceptive.

Alors en quoi consiste l’Attention Perceptive ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’abord d’attention, c.-à-d. un processus qui consiste à établir une relation directe avec des situations ou des phénomènes – sans référence au passé déjà connu, sans jugement, sans commentaire. Il s’agit d’observer des phénomènes physiques, des situations relationnelles, des faits psychologiques – et non de procéder à une analyse d’états psychologiques. Il ne s’agit pas d’introspection, (ou d’examen de conscience), il s’agit simplement d’être conscient de ce qui est perçu, ici – maintenant, sans interprétation, sans l’histoire qui accompagne et déforme un phénomène ou une situation en elle-même. Il ne s’agit pas non plus de rajouter quelque chose à ce que nous sommes ou de mettre en place de nouveaux projets pour s’améliorer, se perfectionner – mais à dé-faire des conditionnements installés de longue date.

C‘est par l’attention à la sensation, c.-à-d. par l’attention dirigée au lieu de la perception, d’où le terme Attention Perceptive, que nous pouvons prendre conscience concrètement, de la présence de la Réalité essentielle qui est en nous ; notre essence intime fondamentale, la même qui est l’essence intime de tous les êtres, de toutes les formes, de tous les évènements.

Cette perception de la Réalité au cœur de chacun de nous – à travers les sens – à la source de la sensation, est la perception sensitive de la Réalité informelle. Cette Réalité informelle pouvant être nommée l’Un, le Vide, CELA, la Non-forme… ‘Vide Non-forme’ ayant pour qualité essentielle de devenir forme, de s’in-former, d’entrer en existence. Vide – Non-Forme qui est aussi nommé : Cela – l’Immobile – l’Insaisissable. A la fois absence de forme et potentialité de toute forme. L’Immobile origine du mouvement, frémissement de lui-même, en lui-même.

Ce frémissement, c’est la Conscience qui s’éveille, qui s’in-forme, entre en existence … C’est la Conscience qui EST, qui devient. Ce frémissement-conscience au sein même de l’in-formel, cette vibration initiale, en s’amplifiant, devient conscience–mouvement, conscience–énergie … le monde, les choses, les êtres, l’univers …

Cette vibration première au cœur le plus profond de nous-même, au cœur de nos cellules – c’est le ‘toucher de la conscience’ avec la forme corporelle – perçue par le système neuro-sensitif de l’être humain en tant que sensation – que l’on nomme le ressenti.

Alors que l’idée, le concept, la pensée de « Réalité » ne sont que l’image de la réalité, le ressenti est le concret de la réalité – le réel de la réalité . C’est la vibration, (le mouvement qui apparaît au sein de l’immobile), qui est l’origine du ressenti, le concret de l’immanence, l’efficience du principe.

Le ressenti est le réel de la réalité …l’acte de la réalité…

l’efficacité … de la réalité.

Ainsi, la connaissance concrète de ‘CELA’, l’UN, ‘Cela qui est’, sa réalisation, c.-à-d. l’incarnation de la réalité, est fonction du ressenti de la réalité. C’est par le ressenti que nous prenons conscience concrètement que la forme et la non-forme ne sont pas différentes : la forme émane de la non-forme et la non-forme pénètre la forme. … D’où cet aphorisme :

Le Vide est substance de la matière … La matière est corps du Vide

Ou celui-ci :

L’Absolu est l’essence du relatif … Le relatif est corps de l’Absolu

Et aussi étonnant que cela paraisse, c’est le ressenti de la vibration initiale au cœur de nos cellules qui est à l’origine de ces assertions.

Mais cette vibration–conscience au cœur de nos cellules, que nous nommons aussi la conscience- sensitive ou la conscience cellulaire, bien que présente intrinsèquement en chacun de nous, n’est pas toujours immédiatement accessible car elle se trouve en grande partie occultée par les couches successives de l’ego. Il va donc falloir la dé-couvrir, la ré–veiller.

C’est là que se situe l’efficacité de l’Attention Perceptive. En effet, quand ‘l’attention se dirige vers la sensation, cette attention – donc la conscience perceptive rejoint la conscience interne de la sensation – qui, à ce contact, va alors s’éveiller – et se percevoir comme conscience sensitive. Ce n’est pas un moi-ego, ce n’est pas quelqu’un qui perçoit la sensation, c’est la sensation qui se ressent elle-même comme sensation … C’est la conscience interne de nos cellules, la conscience cellulaire, qui se perçoit elle-même comme conscience sensitive.

Entrer en contact avec la conscience sensitive au cœur de la sensation, c’est aller à la racine de tout notre fonctionnement : spirituel, comme nous venons de le voir, mais aussi physique, mental, affectif, émotionnel. Les deux ne sont pas séparés, l’un participe de l’autre et inversement.

Aussi qu’il s’agisse de dénouer un nœud physique, mental, émotionnel, c’est le même processus qui va fonctionner. L’attention-conscience-perceptive portée sur le nœud sensitif – va dénouer, ouvrir, dissoudre le problème, en sorte que l’énergie puisse circuler librement et sans entrave, donc sans souffrance.

Le problème n’est pas résolu, le problème a disparu … Ce n’est plus alors un nœud-problème, c’est un processus énergétique en actualisation, une ‘situation’ en transformation.

Ainsi, nous venons de voir comment, par le ressenti nous pouvons expérimenter le réel de ce que l’on nomme la Réalité, la concrétude de la Réalité, c.-à-d. la Réalité prenant corps à travers la forme physique, matérielle – et également à travers la forme mentale, l’énergie psychique, l’intellect, la pensée – étroitement mêlés car issus en même temps de l’unique source .

Ainsi la pensée a un impact sur le physique et le physique une influence sur la pensée – qui peut être perceptible, ou pas, selon l’intensité énergétique de l’un et de l’autre.

Le processus où l’aspect physique – et l’aspect mental s’entremêlent très sensiblement, c’est lorsque le mental s’empare du ressenti physique de l’émotion pour le saisir, le nommer, réagir, dire j’aime ou je n’aime pas – comparer, chercher des raisons, des prétextes pour tel ou tel jugement.

Il est donc primordial de développer l’attention aux sensations, c.-à-d. l’attention aux points de contact de la perception. C’est là que se joue notre conditionnement mental. Là il prend naissance, là il s’intensifie, là il peut être dissout.

En effet, quand une sensation apparaît, si nous n’y prêtons pas attention, le mental vient aussitôt saisir et réagir, et crée un nouveau conditionnement. Mais si nous laissons à la sensation le temps de prendre place, de s’épanouir, sans réaction, sans intervention, l’attention à la sensation – c.-à-d. la conscience – va dissoudre le nœud et permettre d’éviter la réaction, un nouveau nœud, un nouveau conditionnement.

Ici, j’ouvre une parenthèse sur le sens des mots émotion et émotionnel. Quand nous utilisons le mot émotion, il s’agit d’une modification énergétique ressentie dans le corps, qui provient d’une concordance de phase vibratoire de nous-même et de l’environnement, immédiat, proche, plus ou moins lointain – et même cosmique . Et le terme émotionnel se réfère à l’interprétation mentale, psychologique de l’émotion, à laquelle s’identifie ‘le’ moi.

C’est dans ce domaine émotionnel où le mental interfère sur nos ressentis sensitifs que se dévoilent nos difficultés, nos souffrances, nos problèmes relationnels. Mais ce sont aussi ces mêmes situations de conflit, qui sont l’occasion de compréhension, d’ouverture, de libération.

Tout cela c’est notre manière d’être dans le monde. ‘Être’ dans le ressenti de cela, c’est Être … Et vivre dans le ressenti du déploiement en nous de la Réalité essentielle – qui s’exprime le plus souvent en tant que joie – paix – amour – sérénité – c’est là, la source du bonheur.

RETOUR